Une des prochaines parutions de Editions Canaïma sera un livre insolite / D’Amour et d’Ombre qui ouvrira la nouvelle collection : Cantates Profanes.

Nouvelle Collection Canaïma
Cantates Profanes

Première parution:

Une Cantate profane    « D’AMOUR ET D’OMBRE. »

Textes déposés
ISBN 9791092199031

« Brume Intérieure » Huile de Michèle Lebouleux

Un livre « tête-bêche » où nouvelles, essais, improvisations en tous genres, créent un monde libre qui, comme les trois pélicans de Canaïma, vole de ses propres ailes sans rien emprunter aux dogmes, à la Pensée Unique.

    FACE D’AMOUR ET PILE D’OMBRE.

Les deux visages des forces contraires créent une réalité que chaque lecteur modèlera selon son imagination.

 Un livre à basculer au sens propre comme au figuré

Voici la préface qui est une profession de foi.

Détricoter le filet de gladiateur envoyé sur nous par une adversité venue du néant,
et s’envoler dans un grand éclat de rire c’est l’hymne de la Cantate Profane.

 RÉVOLTE 2018

         Les nuages hostiles qu’une improbable divinité a étendu ce jour comme un linceul sur un ciel accablé se sont matérialisés en impalpables volatiles affolés par la hargne, qui se cognent contre la vitre de nos boucliers brandis contre l’adversité.

        Il n’est d’espoir qu’en soi, qu’en les autres parfois, d’enthousiasme que dans le refus de cette agression dont on ne sait quel dieu égaré lui a lâché les rennes.  L’arme absolue, la lance brandie qui tient à distance le forcené attaché à semer la désespérance c’est l’Amour qu’un Dieu bon nous tend en pleurant, impuissant contre le courroux du Patriarche obstiné à ne brandir que l’ombre de son univers saccagé par le désordre et le chaos.

         L’amour sous toutes ses parures, marques d’amitié, d’affection, d’empathie, d’attention à l’autre, main tendue, tendresse afin que le Dieu bon et triste retrouve le sourire et nous avec, pour célébrer dans la lumière, la déraison joyeuse qui va égarer le Patriarche bougon.  

        Ce Bon-dieu-bon, appelons le comme nous le voulons.

Energie positive empathie tendresse amour. Il nous a donné l’univers à échelle humaine, la planète bleue avec ses milliers de miracles eau, terre, ciel plantes, animaux et… hommes égarés par le piège des religions inventées pour le contraindre à baisser la tête, se soumettre à des règles absurdes inventées dans la griserie du pouvoir.

JE CROIS EN LUI QUELQUE SOIT SON MASQUE…

       Aucune religion peut se vanter de l’avoir engendré. Il est LIBRE, lumière, chaleur, sourire tendresse AMOUR de cet amour que les cultes revendiquent comme leur possession. Menteurs assoiffés de pouvoir. Détricoter ce filet de gladiateur qui nous englue dans la médiocrité, la vulgarité, l’asservissement aux médias, s’envoler dans un grand éclat de rire… C’est l’hymne de la Cantate Profane.

                  Les auteurs naufragés de l’injuste colère divine célèbrent donc cette déraison joyeuse tout en surveillant du coin de l’œil la face sombre dont ils ne nient pas l’existence mais à laquelle ils refusent de se plier. Dualité, plus, moins, Inn, Yang, tous les contraires, Ils se montrent tels qu’ils sont pour remercier le dieu bon qui s’est fait piéger par des divinités égarées dans l’outrance.

Le dieu bon ? mais c’est ce qui est bon en nous.

        Bon ! Pas le Bon et le Mauvais du manichéisme ou d’une quelconque morale. Simplement une attirance débarrassée de négatif, une envie de voler d’aimer de chanter, d’harmonie, avec cette sensation qu’elle nous rend heureux. Une certitude qu’elle ne doit rien à un quelconque système,  un dogme, un protocole, une directive. Mais une impulsion profonde une conviction provoquant une sensation de liberté totale d’un choix évident.

          La Déraison —la foi des sages,— de ceux qui croient à l’attirance, celle qui allume les étoiles pour chauffer des planètes vouées au froid. La gravitation c’est l’étreinte. On en a fait un démon. Sans elle la Vie n’existerait pas ; face à la dispersion vers le néant elle célèbre la chaleur universelle. Elle retient la mer, le ciel, la terre, crée la Vie.

          Bannissons le Dogme, cette épée de Damoclès brandie par les religions pour nous soumettre sans réflexion aux fausses vérités. Voilà ! La messe de la Cantate profane peut commencer.