A propos des « Conséquences d’un morsure de chien » : entretien avec l’auteur
Activé 3 janvier 2017 | 3 Commentaires

LES CONSÉQUENCES D’UNE MORSURE DE CHIEN
Pierre Debrade

Entretien avec l’Auteur

Editions Canaïma
Pierre Debrade, comment cette histoire déroutante vous est venue à l’esprit ?
Pierre Debrade
Un fait banal peut provoquer en chaine des catastrophes incontrôlables. Cette histoire est partie d’un fait réel. Un chien familier que je promenais m’a soudain mordu au poignet pour une raison incompréhensible. J’ai du aller me faire soigner dans une clinique proche, et des soins ordinaires se sont transformés en une discussion étrange avec le chirurgien qui me faisait cinq points de suture. Qui a commencé à dériver dans ses propos ? Je ne sais, étant choqué par cette brusque agression d’un chien que j’aimais beaucoup. Il régnait dans cette clinique une atmosphère qui me paraissait étrange. J’interprétais sans doute les faits ordinaires d’un service d’urgences de façon surréaliste. Le chirurgien amateur comme moi de surréalisme m’a emboité le pas.
EC
Et cette conversation a dérivé ?
PD
Peut-on parler de dérive ? Je ne pense pas. Nous avons créé de toutes pièces une sorte de scénario qui n’était pas gratuit. Hantés que nous étions tous deux par des questions irrémédiablement sans réponse. Nous étions saisis d’un besoin d’interpréter autrement une banale succession de faits dont lui et moi sentions qu’ils cachaient une autre signification. Il semblait se former à notre insu une histoire étrange venue de nulle part mais chargée de préoccupations identiques. Comment pourrait-il en être autrement en songeant à l’interrogation qui hante cette histoire. D’autres patients échoués dans le couloir de la clinique ont mis un terme à notre conversation.
EC
Vous êtes donc deux inventeurs de cette histoire.
PD
Nous sommes d’innombrables inventeurs. Qui ne le serait à force de ne pas obtenir de réponse à une telle interrogation. Le texte de 4e de couverture résume le dilemme impossible à trancher, sans la découverte fortuite du Dr Kast à la suite de la morsure du chien.  » Un chien surgi de nulle part, une clinique à proximité… Hasard ? Laurent Varin bascule au cœur d’une intrigue aux conséquences incontrôlables. La découverte fortuite d’Augustin Kast directeur de la clinique, menace de libérer un désordre contagieux. Le chaos va gagner Institutions, Pouvoir, Organismes, Communautés en tous genres. » Tout est dit. La clinique du Dr Kast a remplacé la clinique originale. Transposition ?
EC
Que pouvez-vous nous dévoiler de la découverte de votre Dr Kast ?
PD
Surtout RIEN ! Il doute à chaque seconde de sa découverte. Des organismes occultes, ceux qui détiennent dans notre civilisation le vrai pouvoir, ne doutent pas de sa réalité et sont conscients du chaos que déclencherait la révélation du phénomène. Il en ont eu vent par hasard. Toujours ce faux hasard qui dirige nos vies.
EC
Où cette morsure de chien va mener votre personnage principal ?
PD
Vers le néant. Un tourbillon incontrôlable, un trou noir, l’impensable avec le désespoir de ne jamais obtenir de certitude. Malgré les expériences rigoureuses auxquelles se livrent le docteur Kast. Comprenez le bien : JAMAIS un Pouvoir quelconque ayant une preuve formelle de la réalité du phénomène n’accepterait de le voir dévoilé ; la rétention de l’Information serait la seule manière de conserver son autorité Politique, morale, financière…. Laurent Varin va s’engager dans une recherche forcenée organisée autour de ses fantasmes qui va le conduire avec sa compagne dans un voyage sans retour et sans fin. Une trajectoire où ses pulsions se mêlent à des indices supposés fiables. L’entropie le Chaos. Mais cet itinéraire lui sera personnel. Qui s’engage dans cette quête se condamne à une vérité qui lui est propre ; Bâtie inéluctablement sur le même schéma c’est à dire unique. L’intérêt pour le lecteur est de pouvoir bâtir à partir des mêmes pistes son propre chemin. inutile d’en dire plus.
EC
Une confidence de l’Epilogue, sans rien dévoiler laisse perplexe….
PD
Cette confession, plus que confidence est réelle. Ce que révèle Laurent Varin est un événement qui concerne… l’auteur. Un signe personnel du destin. A-t-il influencé le cours d’une vie ? Il a en tout cas hanté l’énigme qui court jusqu’à son terme sans trouver de réponse. Il s’intègre naturellement dans les actes inconscients qui rythment une vie, la Vie ce personnage principal de « Pour une morsure de chien ».